Vos témoignages

PAS DE QUESTIONS DANS CETTE RUBRIQUE !

Bonjour à toutes et à tous,

Cette rubrique vous permet de partager votre expérience avec les intolérants au lactose. 

Il est nécessaire de vous inscrire/connecter pour pouvoir publier votre témoignage. Seuls votre prénom et votre pays seront visibles sur le site.

Nous vous remercions de ne pas poser vos questions dans cette rubrique. Si vous souhaitez recevoir des réponses ou lancer une discussion sur un sujet précis, utilisez le forum! Il est là pour cela!

Merci de votre collaboration et à bientôt!

Sandrine - France

Alimentation réduite en lactose

mon fils qui a bientot 3ans est intolérant au lactose,ca à ete très difficile a détécter car on passait ça pour une gastro qui durait.il a été hospitalisé à 3 fois avant de trouver son intolérence,aujourd'hui je commande du lait sans lactose au lait entier dans un supermarché et je lui fait ses yaourts que toute la famille en mange.il a fallu 2 ans avant de trouver son intolérence qu'il a passé avec des diarrhées à répétition. MAINTENANT ON REVIT!!!!
Karen - 77220

Nokagui&lu

Autant que je me souvienne j ai rarement connu des repas ou je me sentais bien apres. Les nausées étaient régulières. Je me reveillais quelques fois la nuit. Apprehendais le moment d aller me coucher de peur d être malade. Je passais de la colique a la constipation puis avait 2 - 3 jours bien. Enfant, Mes parents ont toujours cuisines très sain sans beurre - a part le camembert et la creme fraiche je refusais tout produit laitier, je refusais de déjeuner le matin c était la guerre mais sinon je digerais jusqu'à au repas du 12h. Instinctivement je me portais sur du sale (jambon et pain), les glaces a l eau, je ne prenais jamais de sauce...
Les symptômes ont commençe a être plus récurrents a l adolescence encore et se sont intensifies a l âge adulte qd je mangeais dans ma belle famille. Moi qui adorait la charcuterie mais seulement avec du pain avait de plus en de mal a digérer. A ma 1ere grossesse je n ai jamais aussi bien digéré j étais au ange. J ai été bien plusieurs mois après l accouchement et les symptômes sont revenus peu a peu.
A ma deuxième grossesse, les choses se sont aggraver vers 4- 5 mois - je ne mangeais plus de fromage qui me remontais aussitôt, j avais parfois la sensation de transpirer le beurre ou le lait et puis j ai été très malade avec du chèvre chaud , j' ai mis 5 jours a me remettre. Après l accouchement le beurre (j en ai toujours pris peu) ne passait plus et puis les crêpes les gâteaux le jambon sous vide, ma pilule, certains médicaments, les nausées et les ballonnements étaient très violents et parfois jusqu'à au vomissement, mon corps est épuise et j ai toujours cette sensation de le transpirer. J ai fini par faire des tests et d être suivi : régime strict et on a essaye les cachets mais j ai été malade les 2 fois avec donc je n ai pas confiance.
L allergologue m a dit qui elle ne pouvait rien faire pour moi qu a 36 ans que j avais adaptée dans mon alimentation et seul le régime strict pouvait me soulager.
Passe les premiers mois ou je découvre une bonne digestion il mm arrive d être en en colère car la lecture des compositions est un vrai travail de détective et qu on nous prends pour des poubelles.
Que je trouve injuste de ne pas pouvoir manger un hamburger frites au mac do, des chips, de la soupe, du jambon et même souvent chez le boucher, des saucisses etc...

Christelle - Suisse

Intolérance primaire au lactose

Bonjour à toutes et à tous !
J'espère que ce témoignage vous aidera à résoudre vos éventuels petits problèmes intestinaux qui peuvent s'avérer être très désagréables au quotidien !
Voilà, j'ai 20 ans et cela faisait depuis environ 6 mois que j'avais des ballonnements, gonflements de ventre (qui doublait de sa forme), diarrhées, constipations puis diarrhées ou des nausées. Étant au études, je me disais sans cesse que ces soucis digestifs étaient psychologiques ou dûs au stress. Puis mes douleurs ont commencées à devenir de plus en plus récurrentes. J'étais à table, entrain de manger quand soudain je ressentais de désagréables remontées dans la gorge puis une envie de vomir. Mes mains devenaient moites et mes pieds devenaient gelés. Accompagné à tout ceci, des vertiges : bref, un malaise total et inquiétant pour mon entourage qui voyaient que je me sentais jamais vraiment dans mon assiette.
Au bout de 6 mois, afin d'exclure une potentielle maladie (grave), je me suis rendue chez le Medecin. Celui-ci, semblait un peu perdu car mes symptômes pouvaient correspondre à des centaines de maladies. Il m'a fait une prise de sang pour y contrôler tout ce qui était possible. Anémie, système immunitaire, foie, cancers... Au résultat des analyses jétais un peu angoissée.
Finalement mes analyses ont montré que je "souffrais " d'une intolerance au lactose primaire. Souvent confondue avec une allergie au lait, c'est une intolerance génétique (et donc présente dans les gènes, dès la naissance).
Ce qui veut dire que depuis ma naissance je ne fabrique pas de lactase en quantité suffisante. Or mon corps s'est adapté depuis 20 ans et à réussi à produire suffisamment de lactase. De plus, je n'étais pas une petite mangeuse de produits laitiers; j'en consommais bien plus que les 3 doses journalières conseillées. Désormais, j'ai arrêté la consommation de tels produits, et oui mesdames, même le chocolat, les desserts, les pizzas...! Et depuis je me sens revivre !

J'espère que ceci vous aura peut être donné des idées ou confirmé des hypothèses !
Une bonne continuation, et vive les produits laitiers sans lactose !!!!!
Pauline - France

Écouter son corps !

Bonjour à tous ! J'ai 29 ans et cela fait un peu plus d'un an que j'ai découvert mon intolérance au lactose. Au départ, je pensais que c'était du à un mauvaise alimentation, que mon corps me rendait bien la "malouffe" que je lui donnais. Les maux de ventres quotidiens, les ballonnements, l'impression de gonfler dès que l'on termine un repas...

Pour ma part, cette intolérance a été assez violente au point même de me faire devenir anorexique. En effet, une période difficile de ma vie avec le décès de ma maman et ses maux de ventre incessants m'ont fait perdre pied et j'ai stoppé de manger beaucoup de choses, sans les replacer.

Plus de lait, plus de fromage, plus de desserts, plus de plats tout fait, ni de charcuterie... Sauf que je ne mangeais pas mieux ! Un jour, j'ai pris conscience de mon mal être et ça été une renaissance. J'ai remplacer les produits laitiers par des laits végétaux. Finie la charcuterie qui me rendaient aussi malade (beaucoup de lactose dans ces produits !). Bref, mon corps se sentait mieux, j'ai repris le poids que j'avais perdu. Aucune carence, mon corps est vif et solide. Je n'ai pas été malade depuis des lustres, alors que j'étais toujours enrhumée ou autre ! Des gros problèmes de genoux que je traînais depuis longtemps se sont calmés aussi... Que du plus quoi !

Je dois encore faire face à de grosses crises, dues à mon inattention, je ne sais pas vraiment comment les gérer encore, mais ce n'est que le début. Je m'en sors très bien, mon mari m'a suivi dans l'aventure s'apercevant lui aussi qu'il vivait mieux sans lactose !

Je suis une passionnée de cuisine, j'ai réussi à adapter toutes les recettes du quotidiens sans soucis ! Pizzas, pâtes, quiches, tartes, gâteaux... J'ai aussi fini par écouter mon corps, je ne consomme plus de viandes seulement un peu de poisson et de fruits de mer. J'ai découvert d'autres façon de me nourrir, notamment avec le végétalisme qui n'utilise pas de produit animal donc pas de lactose ! Bref, un mal qui m'apporte beaucoup de bien !

Pauline.
Colette - France

Labo mylan

Le laboratoire Mylan fait une pub mensongère à la télé. Il dit choisir ses excipients pour pouvoir soigner tout le monde. Or, aujourd'hui à la pharmacie on a voulu m'imposer un médicament générique Mylan avec lactose alors qu'il existe un générique Biogaran sans lactose. Bien sûr celui-ci n'était pas disponible mais à commander. Mylan s'impose dans les pharmacies. Le soucis de la santé des gens n'existe pas c'est le fric qui gouverne. Faites attention.