Les causes de l'intolérance au lactose



L'intolérance au lactose ou plutôt le déficit en lactase (enzyme nécessaire à la digestion du lactose) peut avoir différentes causes :

Déficit Congénital en lactase
Il existe de très rares cas d'intolérance congénitale au lactose (alactasie congénitale due à un mécanisme autosomique récessif) due à l'incapacité de l'organisme à synthétiser la lactase.

Déficit Primaire ou Acquis en lactase
In utero, l'activité lactasique de l'intestin de l'embryon augmente au cours de la gestation. Elle est maximale dans le dernier trimestre de la grossesse et à la naissance. Cette activité lactasique permet au nourrisson d'hydrolyser le lactose que lui apporte le lait maternel (70g/l dans le lait humain, 45g/l dans le lait de vache) ou le lait infantile. Au moment du sevrage, la production de lactase va diminuer progressivement pour beaucoup de populations. Elle va se stabiliser à un niveau de l'ordre de 10-20% de celui à la naissance. Cette situation est appelée hypolactasie. L'âge auquel cette hypolactasie est établie est variable selon les groupes ethniques. Par exemple, elle est déjà installée à 2 ans en Afrique et en Asie, alors qu'elle n'intervient qu'à l'âge de 6-8 ans au Japon ou à 10-15 ans en Finlande. La diminution de l'activité lactasique est donc génétiquement programmée et physiologique dans de nombreuses populations. Le déficit primaire en lactase est donc la cause la plus répandue de l'intolérance au lactose. Cependant la répartition de l'intolérance au lactose autour du globe démontre que tous les êtres humains ne naissent pas égaux face à ce disaccharide (cf. Répartition géographique).

Déficit Secondaire ou Temporaire en lactase
L'intolérance au lactose peut se manifester de façon temporaire chez des personnes atteintes de gastro-entérites graves, en particulier lorsque celles-ci sont attribuables à l'action d'un virus, le rotavirus, qui s'attaque à la muqueuse de la partie haute de l'intestin, où la lactase est produite. Les affections modifiant l'intégrité de la muqueuse (maladie coeliaque par exemple) et la motilité du petit intestin (pseudo-obstruction intestinale ou syndrome du petit intestin contaminé) peuvent également avoir des effets négatifs. Si la muqueuse est détruite, la production de lactase cesse. Il faut alors attendre qu'elle se reconstitue - normalement en quelques semaines - avant que les symptômes de l'intolérance au lactose disparaissent. En provoquant des dommages cellulaires, la chimiothérapie et la radiothérapie peuvent causer une intolérance au lactose temporaire.