Les protÚ´nes de soja

Les protéïnes de soja sont-elles moins antigéniques ?

Certains auteurs estiment que les protéines de soja sont moins antigéniques que les protéines du lait de vache. En conséquence, on recommande l'utilisation d'un lait industriel à base de soja chez les enfants présentant une allergie aux protéines du lait de vache, ou à haut risque pour une telle allergie. Mais les protéines de soja sont aussi allergisantes que celles du lait de vache. Jusqu'à 40% des enfants allergiques aux protéines du lait de vache le sont aussi à celles du soja. Les études effectuées sur des enfants nourris au lait industriel à base de soja dès leur naissance en raison d'antécédents familiaux d'allergie n'ont pas permis de retrouver un quelconque avantage à ce type de lait. On retrouvait chez ces enfants des taux similaires d'asthme, de wheezing et d'eczéma, et une prévalence plus élevée de troubles digestifs et cutanés que chez les enfants nourris au lait industriel à base de lait de vache. Les laits à base de soja sont inadéquats même chez les enfants chez qui une allergie aux protéines du lait de vache est démontrée. Chez ces enfants, l'utilisation d'un hydrolysat poussé reste de loin préférable. Les protéines du soja ont une biodisponibilité nettement plus basse que celles des laits animaux. Le lait de soja peut induire des pertes en vitamines et en sels minéraux au niveau de la muqueuse intestinale. Il a été calculé que les enfants nourris au lait industriel à base de soja doivent recevoir 10% de calories de plus que nécessaire pour avoir une croissance satisfaisante. Ce type de lait a un taux trop bas de chlorure, ce qui peut induire une alcalose hypochlorémique chez les enfants. Les fabricants ont tenté de compenser les carences de ces laits en y ajoutant des protéines, des oligo-éléments et du chlorure. Cela permet aux enfants qui les reçoivent d'avoir une croissance satisfaisante, mais leur minéralisation osseuse reste moins bonne que celle des enfants allaités ou nourris au lait industriel à base de lait de vache.La nature des glucides de ces laits varie d'une marque à l'autre, mais tous contiennent des quantités appréciables de saccharose. Or, ce sucre a un impact négatif sur la santé dentaire. Ces laits contiennent aussi des taux élevés d'aluminium, ainsi que des taux élevés de phyto-oestrogènes. Ils pourraient aussi avoir un impact négatif sur l'immunité ; les enfants nourris au lait de soja ont des taux plus bas d'anticorps en réponse aux immunisations que les enfants allaités et ceux nourris au lait industriel à base de lait de vache.

En conclusion, cette association australienne de médecins estime que l'allaitement représente la meilleure option. Si une mère ne peut pas ou ne veut pas allaiter, le don d'un lait industriel à base de vache est à recommander. L'utilisation d'un lait industriel à base de soja pour divers symptômes évoquant une intolérance aux protéines du lait de vache sans aucun diagnostic fiable est à éviter. Les laits industriels à base de soja ne doivent pas être recommandés en routine aux enfants à risque élevé d'allergie. En cas d'allergie démontrée aux protéines du lait de vache, l'utilisation d'un hydrolysat est recommandée. Les seuls cas où on peut recommander à juste titre l'utilisation d'un lait industriel à base de soja sont la galactosémie et l'intolérance vraie au lactose. Il est nécessaire de ne pas perdre de vue que l'utilisation d'un lait de soja peut avoir des effets secondaires. En particulier, l'impact à long terme des principaux contaminants d'un tel lait (aluminium et phyto-oestrogènes) reste à étudier.

Texte écrit par : Annie Bremont
Diététicienne ( Genève Suisse)

Adresse professionnelle : annie@club-internet.fr