Digestion du lait: explication génétique

La production de la lactase, l'enzyme permettant de digérer le lactose, décroît avec l'âge parce que la nécessité de digérer le lactose disparaissait en principe à l'âge adulte. Pourquoi alors certaines personnes ou groupes de populations n'ont-ils aucun problème de digérer le lactose à l'âge adulte? La production de la lactase a commencé à persister jusqu'à l'âge adulte dans les populations d'éleveurs de bétail qui consommaient du lait. En 2002, des chercheurs ont identifié une mutation génétique associée à la persistance de la production de cette enzyme, répandue surtout en Europe du Nord (cf. News du 2/12/2004). Les généticiens se sont alors demandés si une telle mutation a pu se développer également dans les populations pastorales d'autres régions géographiques. Une équipe de chercheurs sous la direction de la généticienne Sarah Tishkoff de l'Université de Maryland a fait des recherches parmi 43 groupes ethniques de l'Afrique de l'Est et a découvert trois mutations génétiques maintenant la production de la lactase à l'âge adulte et permettant donc de tolérer le lactose. La capacité de digérer le lait à l'âge adulte représentant un avantage indéniable (survie en cas de sécheresse etc.), elle constituait donc un facteur important de sélection naturelle. Face à cette forte pression de sélection, l'organisme humain s'est adapté. Les mutations identifiées (comme celle trouvée en Europe) ne se situent pas au niveau du gène de la lactase lui-même, mais à proximité de l'ADN contrôlant l'activation du gène. Par contre, les trois mutations découvertes en Afrique de l'Est sont indépendantes l'une de l'autre et également différentes de la mutation européenne. Ces résultats confirment l'importance que revêt la consommation de lait à l'âge adulte dans l'évolution humaine.

Source: http://www.nature.com/ng/index.html Nature Genetics 10.12.2006